Lâcher-prise – Article 1

Bonjour,

Le lâcher-prise : voici une expression que vous avez du entendre et qui est volontiers employée lorsque une personne fait part de ses angoisses, craintes et difficultés à faire face à des événements qui lui sont pénibles. 

Mais qu’est-ce donc au juste que le lâcher-prise ? Cela peut-il nous aider à nous sentir véritablement mieux ?

Nous allons voir que la réponse est oui et exposer les techniques qui peuvent nous aider, mais d’abord, essayons de comprendre pourquoi nous avons un tel besoin de lâcher-prises au cours de notre vie. « Lâcher » nos problèmes pour qu’ils cessent de nous nuire, L’image est parlante, mais pas si facile à appliquer. En réalité, lâcher prise signifie accepter de ne pas tout contrôler. Cela ne signifie pas pour autant se décourager, abandonner ou laisser tomber. Ce n’est pas se montrer faible. Lâcher-prise est une preuve de notre capacité à progresser et passer des étapes. Dans touts les domaines de notre vie, nous avons besoin d’agir et de changer.

Le lâcher-prise exige une aptitude humaine très particulière, que souvent seule l’expérience de la vie peut nous apporter. C’est pourquoi il est bon parfois de prendre conseils auprès de personnes de confiance ou de professionnels. C’est aussi pourquoi vous avez raison de lire cet article.

Ais-je besoin de lâcher prise :

100094542_o

Se libérer pour s’envoler

Nous avons tous vécu un chagrin d’amour. C’est une période pénible où nous pleurons, repassons le film en permanence, pris au piège d’un comportement totalement improductif. Nous sommes accros au passé. Bien sur, il nous faut du temps pour soigner nos blessures, mais nous devons faire attention à ne pas trop faire durer ce temps, car nous serions enclins à la déprime en ruminant ce qui est désormais du passé. Si nous ne lâchons pas prise, alors nous nous laissons gouverner par le regret, la rancune, les idées noires et destructrices, et devenons esclaves du passé. Si par contre nous acceptons cette rupture comme un événement dont nous n’avons pas le contrôle, nous sortirons de cette épreuve grandi, libéré et riche d’une expérience qui nous servira dans nos relations futures.
Au cours de notre vie, nous pouvons être amené(e)s, dans le domaine personnel ou professionnel, à faire des concessions. Tant que ces concessions restent constructives et mineures, pourquoi pas ? Mais si venons à nous rendre compte que pour plaire à quelqu’un nous essayons de nous changer totalement, d’être une autre personne que nous-mêmes, alors stop. Lâchons prise. Car changer, s’adapter, ne signifie pas changer de personnalité. Nous ne devons pas nous torturer ni nous plier aux exigences d’un tiers incapable de nous accepter tel que nous sommes.

J’aime qu’on m’aime ! oui, nous avons tous le désir d’être toujours aimé(e)s. Au point que nous nous surprenons parfois à vouloir forcer les autres à nous aimer. Certaines personnes, peu importe pour quelles raisons, refusent notre amitié ou notre amour, soit en nous ignorant, soit en nous étant hostiles. C’est une situation qui n’est pas valorisante, et nous aurions tendance à vouloir « forcer » les sentiments de ces réticents. Si nous en arrivons là, c’est le signe évident qu’il nous faut lâcher prise. Nous ne pouvons pas forcer l’amour. Quelles que soient les raisons pour lesquelles ils nous rejettent, nous devons les ignorer et passer à autre chose. Soit ils ne méritent pas l’intérêt que nous leur portons, soit ils viendront vers nous d’eux-mêmes.

Nous avons parfois un emploi qui ne nous correspond pas, mais nous y restons car nous nous trouvons malgré tout dans une zone de confort : sécurité, salaire, connaissances. Admettons que cet emploi soit sans possibilité d’évolution. Sous-estimé(e), dévalorisé(e), exploité(e), partant au travail avec la boule au ventre, un seul objectif : la fin de la journée… Là aussi, il est certainement temps de lâcher prise. Sans pour autant nous mettre en danger et quitter sans réfléchir cet emploi, sachons prendre le temps d’envisager d’autres options, de définir nos aspirations, de s’informer, se former si nécessaire, bien préparer notre transition, et passer à l’action pour une nouvelle aventure professionnelle.

Comportement

csitucours

Quel est mon comportement ?

Lâcher-prise signifie savoir placer vos problèmes dans leur véritable plan de réalité. Personne ne dit que c’est facile, mais voici comment comprendre un peu mieux notre comportement. Nous aimons tous, chacun à notre façon, avoir le contrôle. Que ce soit au travail, dans notre vie personnelle, nous aimons être aux commandes. Nous aimerions également avoir le contrôle sur nos émotions, sur certains événements, et parfois même sur les autres. Mais justement, ces événements, ces personnes sont hors de notre contrôle. Plus nous cherchons à contrôler, que ce soit collègues, conjoint, enfants, notre façon d’être ou même notre apparence, plus cela relève d’un signe d’insécurité, de manque de confiance en soi, et moins nous serons capable de lâcher-prise. Nous ne pouvons pas et ne devons pas tout contrôler.
Un autre comportement négatif, c’est la tentation que nous avons de refuser tout ce qui n’est pas conforme à nos désirs. Le besoin de contrôle nous fait nous acharner sur ce qui devrait ou aurait pu être (selon nous-mêmes) et nous oublions de vivre ce qui est.
Lorsque les problèmes surviennent, nous avons tendance à y penser de façon obsessionnelle. Disons le tout net, cela est complètement inefficace et ne contribuera en aucune façon à le résoudre. De même lorsque nous réagissons à ces problèmes par la colère, ce qui nous rend totalement vulnérable et nous empêche d’agir de manière constructive. C’est le contraire du lâcher-prise salvateur.

Prise de conscience – Acceptation

prendre-conscience-de-soi-est-ce-devenir-etranger-a-soi

Je prends conscience

Lorsque nous réalisons et comprenons profondément notre comportement, nous voyons alors que la seule chose qui peut changer, c’est notre façon de percevoir et d’appréhender les événements de notre vie.

Dans tous ce qui nous touche, il est donc primordial d’apprendre à faire la différence entre ce que nous pouvons contrôler, ce que nous pouvons influencer et ce que nous ne pouvons ni contrôler, ni influencer. Savoir faire la différence entre ces trois cas de figure est une première et importante étape dans la pratique du lâcher prise.
Afin d’initier le processus de changement que nous voulons opérer, il va nous falloir une énergie, une étincelle de départ. C’est la prise de conscience qui va matérialiser cette impulsion nécessaire. Pour faire le premier pas sur le chemin qui nous fera retrouver calme et sérénité, il faut avoir reconnu (et admis) la source de notre souffrance, et vouloir s’en éloigner. Attention, cela demande de ne pas tricher, surtout pas sur nous-mêmes et nos comportements. Cela compromettrait toutes nos chances d’accéder au changement désiré. Nous devons regarder la vérité en face et accepter de faire l’analyse objective de la situation, cela même si le résultat obtenu n’est pas celui que nous voulons.

Une fois la ou les sources de nos souffrances identifiées, nous devons accepter le fait d’être partie prenante dans toute situation et ne plus nous placer uniquement dans le rôle de la victime subissant une force extérieure. Nous sommes capables de reconnaître qu’il existe d’autres façons de voir les choses, d’autres façons de penser, d’autres comportements… et de les accepter. D’accepter les autres.

Pour nous aider à lâcher-prise

cropped-cropped-cropped-img_4641

Conseils à méditer

– Apprendre à relativiser les choses, leur restituer leur véritable importance.
– Apprendre à vivre dans le moment présent. Les personnes ayant de besoin de lâcher prise sont souvent celles vivant dans le passé et les remords, ou se projetant trop dans le futur et les objectifs à atteindre.
– Apprendre à laisser derrière nous les événements passés, ne pas les impliquer dans une situation présente.
– Apprendre à méditer.
– Lors d’une situation pénible, prendre immédiatement conscience de ses émotions. Ne pas les laisser exploser en les laissant hors de contrôle.
– Reconnaître que l’acharnement ne mène à rien.
– Apprendre à laisser tomber les choses ou les situations qui nous encombrent, alléger son quotidien de charges trop lourdes, de relations trop invasives…
– Reconnaître que le perfectionnisme et l’acharnement ne sont que perte d’énergie et de bien-être. (Ces deux traits de caractère, que je possédais, ont été trop longtemps de tristes et fatigants compagnons de route. M’en séparer a été le meilleur service que j’ai pu me rendre).
– Savoir se poser des questions pertinentes sur la légitimité de nos angoisses : cela est-il vraiment important ? Est-ce que cela est vraiment urgent, quelles seront les conséquences si je ne le fais pas maintenant ? La situation, la personne, vaut-elle que je me mette dans un tel état ? Est-ce que je peux prendre un peu de temps avant de donner une réponse ?

Libération

Freedom

je lâche-prise

Une fois acceptées nos limites sur ce que nous pouvons réellement et raisonnablement contrôler, nous comprenons mieux la stérilité de nos réactions face à ces situations difficiles. Nous pouvons voir qu’il est essentiel, face à ce qui nous arrive, d’être ancré dans le présent, conscient de nos émotions et de savoir correctement les exprimer (ou pas), en laissant fermées les vannes du passé et de ce qui est accompli. Nous sommes libéré(e)s des chaînes auxquelles nous nous étions nous-même enchaînés.

Mon article vous a donné envie de lâcher-prise sur vos problèmes ? Posez-vous, détendez-vous, n’hésitez pas à cliquer sur le lien ci-dessous et écoutez ces chants qui vont vous aider à méditer : Chants sacrés tibétains pour aider au lâcher prise

A suivre deux articles sur le même thème, pour faire un tour plus complet de ce vaste sujet. Je vous souhaite une bonne avancée sur votre lâcher-prise. 

Liliane.

PS : n’hésitez pas à partager votre expériences en laissant un commentaire, vous pourrez peut-être ainsi aider quelqu’un. Merci.

 

sources : http://oserchanger.com/blogue_2/2013/05/13/lacher_prise/
sources : https://coaching.ooreka.fr/comprendre/lacher-prise
sources : https://www.relaxationdynamique.fr/etapes-changement-lacher-prise/

5 commentaires

  1. Tout a fait d’accord sur tout l’article. Lu avec grand intérêt.
    Maintenant encore faut-il accepter l’idée du lâcher-prise…. c’est une première chose. Et pas si simple. Car il y a un temps pour tout. Peut-être faut-il d’abord laisser passer la tempête…. ?
    En tout cas merci pour cet article et les suivants. Que j’ai trouvé intéressants…. vraiment! Et utiles.

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ce commentaire et tes réflexions qui me donnent l’occasion de compléter un peu cet article. Comme tu le dis, il y a un temps pour tout, et le lâcher-prise n’aurait pas de raison d’être s’il ne devenait pas une évidence au moment opportun. Même s’il n’y a pas toujours de tempête à laisser passer, il est bien sur utile de ne pas lutter contre ses souffrances car cela peut se révéler utile si cela nous permets de méditer dessus. Mais attention à ne pas s’y noyer pour finir par s’y complaire et partir en dépression. Le lâcher-prise s’impose alors comme une nécessité.
      Merci encore et bienvenue sur mon blog. Au plaisir de te lire.

      J'aime

Vos commentaires

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s