HIER ET TANT D’AUTRES JOURS

Bonjour.

Pas de mots aujourd’hui, juste cette citation de Gandhi, et des poèmes…

L’inacceptable
On peut se dire que l’irrémédiable
Avec le temps peut réunir l’oubli
Avec l’amour pour vous retenir
Juste laisser un peu d’espérance
A peine murmuré sous un silence
Mais il y a l’inacceptable
Qui vient tout bousculer
Une erreur de là-haut
Qu’on a pas demandé
Mais il y a l’inacceptable
En plein vol, foudroyé
Et qui vient tout reprendre
Tout ce qu’on vous a donné
Et vous laisse comme une impression
Une impression d’inachevé
On peut se dire que l’inconcevable peut arriver
Un jour sans faire de bruit
Tout bouleverser
Sans vous prévenir
Même s’y attendre
Parce que quoi qu’on fasse
On sait le mur au bout de l’impasse
Mais il y a l’inacceptable
Qui vient tout bousculer
Une erreur de là-haut
Qu’on a pas demandé
Mais il y a l’inacceptable
En plein vol, foudroyé
Et qui vient tout reprendre
Tout ce qu’on vous a donné
Et vous laisse comme un injustice
Une injustice inacceptable
Mais il y a l’inacceptable
En plein vol, foudroyé
Et qui vient tout reprendre
Tout ce qu’on vous a donné
Et vous laisse comme une impression
Une impression d’inachevé…”
Comédie musicale – Les Dix Commandements

63abc5e8

Les yeux..
Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Des yeux sans nombre ont vu l’aurore ;
Ils dorment au fond des tombeaux
Et le soleil se lève encore.
Les nuits plus douces que les jours
Ont enchanté des yeux sans nombre ;
Les étoiles brillent toujours
Et les yeux se sont remplis d’ombre. Oh ! qu’ils aient perdu le regard,
Non, non, cela n’est pas possible !
Ils se sont tournés quelque part
Vers ce qu’on nomme l’invisible ; Et comme les astres penchants,
Nous quittent, mais au ciel demeurent,
Les prunelles ont leurs couchants,
Mais il n’est pas vrai qu’elles meurent : Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Ouverts à quelque immense aurore,
De l’autre côté des tombeaux
Les yeux qu’on ferme voient encore.
Par Sully Prudhomme

1200x768_scientifiques-mene-etude-vie-apres-mort

La tombe dit à la rose
La tombe dit à la rose :
– Des pleurs dont l’aube t’arrose
Que fais-tu, fleur des amours ?
La rose dit à la tombe :
– Que fais-tu de ce qui tombe
Dans ton gouffre ouvert toujours ?La rose dit : – Tombeau sombre,
De ces pleurs je fais dans l’ombre
Un parfum d’ambre et de miel.
La tombe dit : – Fleur plaintive,
De chaque âme qui m’arrive
Je fais un ange du ciel !

Par Victor Hugo

plume-blanche

Vivre et croire
Vivre et croire,
c’est aussi accepter que la vie contient la mort
et que la mort contient la vie.
C’est savoir, au plus profond de soi,
qu’en fait, rien ne meurt jamais. Il n’y a pas de mort,
il n’y a que des métamorphoses. Tu ne nous a pas quittés
Mais tu t’en es allé au pays de la Vie,
Là où les fleurs
Plus jamais ne se fanent,
Là où le temps
Ne sait plus rien de nous. Ignorant les rides et les soirs,
Là où c’est toujours matin,
Là où c’est toujours serein. Tu as quitté nos ombres,
Nos souffrances et nos peines.
Tu as pris de l’avance
Au pays de la Vie. Je fleurirai mon cœur
En souvenir de toi,
Là où tu vis en moi,
Là où je vis pour toi. Et je vivrai deux fois…
Par Père André Marie

offrande

A tous, amour
Liliane
autumn-landscape-45171794

 

1 commentaire

Vos commentaires

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s